Les candidats à la présidentielle répondent au Mouvement 6e République !

Quatre candidats à l’élection présidentielle ont répondu à l’interpellation lancée par le Mouvement 6e République au nom de ses 108 000 signataires. Deux candidats, Jean-Luc Mélenchon et Philippe Poutou ont répondu positivement aux 10 questions que nous leur avons adressées.

Après avoir interpelé les candidats lors des élections régionales de 2015 et après avoir lancé une proposition de loi appelant à un réferendum sur la convocation d’une assemblée Constituante, notre mouvement poursuit sa démarche pour faire advenir la 6ème République.

Le Mouvement 6ème République a donc choisi d‘interpeler tous les candidat(e)s à l’élection présidentielle au mois de mars. Sur la base des propositions des signataires, une liste de 10 questions sur les changements necessaires d’institutions de notre pays a été soumise par courrier électronique et postal à chaque candidat. Ils ont a été invités à répondre avant le 25 mars.

Pour répondre aux enjeux du XXI ème siécle, changer les institutions de notre pays est plus qu’urgent et indispensables. Pour éclairer le vote de nos signataires et de tous les citoyens, nous publions l’intégralité des réponses des 4 candidats ayant répondu. Sur la base de ces réponses, chaque signataire du Mouvement choisira librement son attitude et son vote dans l’élection.

Nous nous réjouissons de voir que 4 candidats à l’élection présidentielle ont répondu à notre interpellation. Et plus encore que deux candidats, Jean-Luc Mélenchon et Philippe Poutou, aient répondu positivement aux 10 questions que nous leur avons adressées.

 

 

Tableau de synthèse des réponses des 4 candidats(e)s ayant répondu à notre questionnaire :

J.-L. Mélenchon

P. Poutou F. Asselinau

N. Arthaud

10/10

10/10 7/10 5/10

Êtes-vous favorable à l’instauration d’une 6ème République ?

OUI

OUI NON

NON

Êtes-vous favorable à l’élection d’une Assemblée constituante pour rédiger la nouvelle Constitution ?

OUI

OUI NON

NON

Êtes-vous favorable à l’instauration de Référendums d’initiative citoyenne ?

OUI

OUI OUI

NON

Êtes-vous favorable au recours du tirage au sort de citoyens pour accomplir certaines tâches de contrôle ou d’intervention dans les débats publics ?

OUI

OUI OUI

Êtes-vous favorable à l’instauration d’une peine d’inéligibilité à vie pour les élus condamnés pour corruption et/ou fraude fiscale ?

OUI

OUI OUI

OUI

Êtes -vous favorable à l’instauration pour les citoyens d’un droit de révoquer un élu en cours de mandat ?

OUI

OUI OUI

OUI

Êtes-vous favorable à l’interdiction du cumul des mandats ?

OUI

OUI OUI

OUI

Êtes-vous favorable à l’inscription dans la nouvelle Constitution de droits nouveaux pour les citoyens et à la protection des biens communs ?

OUI

OUI OUI

OUI

Proposez-vous d’imposer la parité femme-homme dans les institutions (assemblées parlementaire, gouvernement…) ?

OUI

OUI NON

OUI

Considérez-vous comme illégitime tout traité transférant des éléments de souveraineté non ratifié par référendum ?

OUI

OUI OUI

 

 

 

Réponse de Jean-Luc MELENCHON (10/10)

Madame, Monsieur,

Nous avons bien reçu l’interpellation que le Mouvement 6e République a fait parvenir aux candidats à l’élection présidentielle. Nous vous en remercions. Vous trouverez ci-joint notre réponse à votre questionnaire. Audelà de ces réponses, je tiens à souligner quelques éléments que nous avons en commun.

La France insoumise et son candidat Jean-Luc Mélenchon ne peuvent évidemment que saluer votre démarche et votre action pour « l’élection d’une assemblée constituante qui fonde avec les citoyens la 6e République : une République débarrassée de la monarchie présidentielle et fondant les nouveaux droits personnels, écologiques et sociaux dont notre pays a besoin » comme le dit votre déclaration de principe.

Dans notre programme « l’Avenir en commun », l’élection d’une Assemblée constituante occupe une place centrale. C’est la première mesure de ce programme tant nous sommes convaincus que l’enjeu n°1 est la conquête de la souveraineté populaire pour affronter les grands défis démocratiques, sociaux et écologiques à venir. Cela concerne tous les domaines de la vie, du pouvoir politique au pouvoir dans l’entreprise, de la maîtrise de notre alimentation à celle de notre rapport avec la nature. Et évidemment aussi la restauration de la souveraineté populaire mise à mal par les traités européens dont nous proposons de sortir.

Pour être plus précis, nous proposons notamment que cette Assemblée constituante ne comporte aucun parlementaire passé ou sortant. Elle serait ainsi intégralement composée de citoyens n’ayant jamais été élus dans les assemblées parlementaires de la 5e République, et de citoyens tirés au sort. C’est la garantie d’un processus vraiment refondateur de nos institutions et du peuple français lui-même.

Vous souhaitant bonne réception de ce courrier, nous vous invitons également à retrouver l’ensemble du programme de la France insoumise, L’avenir en commun, sur le site https://laec.fr/ ou en librairie et les livrets thématiques sur le site : https://avenirencommun.fr/.

Charlotte Girard

Co-responsable du programme de la France Insoumise

 

Réponse de la campagne de Jean-Luc Mélenchon, la France insoumise, au Mouvement 6e République

1. Êtes-vous favorable à l’instauration d’une 6ème République ?
OUI
2. Êtes-vous favorable à l’élection d’une Assemblée constituante pour rédiger la nouvelle Constitution ?
OUI
3. Êtes-vous favorable à l’instauration de Référendums d’initiative citoyenne ?
OUI
4. Êtes-vous favorable au recours du tirage au sort de citoyens pour accomplir certaines tâches de contrôle ou d’intervention dans les débats publics ?
OUI
5. Êtes-vous favorable à l’instauration d’une peine d’inéligibilité à vie pour les élus condamnés pour corruption et/ou fraude fiscale ?
OUI
6. Êtes -vous favorable à l’instauration pour les citoyens d’un droit de révoquer un élu en cours de mandat ?
OUI
7. Êtes-vous favorable à l’interdiction du cumul des mandats ?
OUI
8. Êtes-vous favorable à l’inscription dans la nouvelle Constitution de droits nouveaux pour les citoyens et à la protection des biens communs ? Si oui, lesquels ?
OUI : Instaurer un droit de révoquer les élus en cours de mandat, de proposer une loi ou de convoquer un référendum par initiative populaire. Inscrire dans la Constitution la règle verte pour ne pas prendre plus à la nature que ce qu’elle peut reconstituer. Inscrire dans la Constitution le droit à l’avortement. Protéger les biens communs (eau, air, sols…) dans la Constitution, et rendre effectifs les droits au travail et au logement.

9. Proposez-vous d’imposer la parité femme-homme dans les institutions (assemblées parlementaire, gouvernement…) ? Si oui, comment ?
OUI : Parité dans les institutions politiques rendue incontournable par la généralisation de la proportionnelle.
10. Considérez-vous comme illégitime tout traité transférant des éléments de souveraineté non ratifié par référendum ?
OUI

Pour l’équipe programme de la France insoumise,
Charlotte Girard,
co-responsable du programme

 

 

Réponse de Philippe POUTOU (10/10)

Madame, Monsieur,
Bonjour,

J’ai bien reçu votre questionnaire et je partage, évidemment, vos positions sur beaucoup de questions. A ce titre je vous envoie en pièce jointe, la partie démocratie de la brochure de campagne que nous venons de publier (si vous voulez, nous vous enverrons le pdf de la brochure complète). Je peux donc dire que je réponds oui aux 10 questions que vous posez.

Je suis également, entre autres, pour la suppression de la fonction présidentielle et du Sénat, pour une assemblée élue à la proportionnelle, pour une rémunération des députés similaire à la rémunération moyenne des ouvriers et employés. Je suis également, évidemment, pour contrecarrer toutes les dérives mafieuses qui ont aujourd’hui libre cours au sein du parlement et qui existent aussi à l’échelle des institutions locales et régionales. Elles sont en bonne partie le fruit d’un système où les institutions politiques sont un lieu de carrière et une source de profits pour ceux qui en occupent les fonctions.

Concernant la mise en place d’une 6ème République et d’une assemblée constituante, il me semble nécessaire de compléter et les questions et les réponses. Je partage plusieurs exigences que vous mettez en avant dans votre texte « pour la 6ème République » et notamment :
« ….Nous prônons le partage des richesses, la défense de l’écosystème qui permet la vie humaine, la laïcité qui garantit la liberté de conscience, l’égalité entre tous les êtres humains, en particulier l’égalité femme-homme (donc l’abolition du patriarcat), le respect et l’extension des droits et libertés personnels y compris sur internet, l’accès à la culture, à des médias indépendants et à l’éducation pour toutes et tous. L’air, l’eau, l’alimentation, le vivant, la santé, l’énergie, la monnaie ne sont pas des marchandises mais des biens communs. Pour garantir ces droits fondamentaux et gérer démocratiquement les biens communs, le droit de propriété doit être encadré, la propriété sociale protégée et les services publics développés. Partisans de la République sociale, nous défendons la démocratie dans l’entreprise et la création de droits nouveaux sur le lieu de travail pour garantir la souveraineté et la citoyenneté des salariés dans l’entreprise. »

Et justement, concernant ces exigences, il me semble que l’on ne peut pas éviter si l’on parle de démocratie, la question du pouvoir économique et celle de l’Union européenne. Il n’y a pas de démocratie politique sans démocratie sociale.

Aussi, je me prononce clairement pour la socialisation des moyens de production et des banques (je ne parle évidemment pas de l’artisanat, des entreprises et des exploitations agricoles individuelles et familiales). Car aujourd’hui, ce sont bien les capitalistes propriétaires des grandes entreprises, des banques et des médias qui sont les réels dirigeants de ce pays, échappant à tout contrôle démocratique et faisant fonctionner la société pour leur seul profit.

Aussi, le partage des richesses, une République sociale, une révolution citoyenne, exige un contrôle populaire de ces moyens de production pour qu’ils soient mis au service du plus grand nombre et non des intérêts privés de quelques profiteurs. Les salariés ne doivent plus être en situation de soumission et de dépendance dans l’entreprise et dans la société. Aussi, pour moi, la mise en place d’une nouvelle République et d’une Constituante devra aller de pair avec une mobilisation populaire à tous les niveaux pouvant construire le rapport de force nécessaire pour imposer une telle remise en cause révolutionnaire. Car c’est bien le pouvoir de la classe capitaliste qui doit être remis en cause pour avancer vers ce chemin de l’émancipation sociale.

De même, concernant l’Union européenne, l’exemple du TCE, celui de la Grèce nous montrent bien que les institutions européennes, le Conseil et la Commission ainsi que la BCE sont des institutions investis par tous les pouvoirs par les Traités de l’UE. Il ne pourra y avoir de démocratie politique et sociale dans notre pays sans s’émanciper du carcan institutionnel de l’UE.

Bien cordialement,

Philippe Poutou

 

 

Réponse de François ASSELINEAU (7/10)

Bonjour,

Nous avons bien reçu votre courrier et nous vous en remercions. Voici nos réponses à votre
questionnaire.

1. NON

2. NON

3. OUI

4. OUI

5. OUI (organisation de panels représentatifs de la population dans le cadre du service public
audiovisuel)

6. OUI

7. OUI

8. OUI inscriptions des services publics non privatisables par nature.

9. NON

10. OUI

 

 

Réponse de Nathalie ARTHAUD : 5/10

Madame, monsieur,
C’est bien volontiers que je réponds à votre questionnaire au sujet d’une sixième République. Mais le type de réponse deman-dée, par Oui ou Non ne permet pas vraiment de s’expliquer.
En tout cas je considère que le problème n’est pas de créer une sixième République car le numéro ne fait rien à l’affaire. Je pense que ceux qui détiennent vraiment le pouvoir dans notre pays sont les capitalistes, les dirigeants des trusts, les actionnaires du CAC 40. Les députés et sénateurs ne sont que des marionnettes à leur service, comme d’ailleurs le Président élu au suffrage universel dans cette 5ème république et demain dans une éventuelle 6ème République. Le véritable changement serait de donner à la population les moyens de gouverner et de contrôler tout ce qui se passe dans la société.
1. Etes-vous favorable à l’instauration d’une 6ème République ?
Ce n’est pas le numéro de la République qu’il faut changer mais le pouvoir de la bourgeoisie, la propriété privée des moyens de production sur l’ensemble de la société.
2. Etes-vous favorable à l’élection d’une Assemblée constituante pour rédiger la nouvelle Constitution ? :
A quoi bon « renouveler les institutions » si on tolère que les entreprises du CAC 40 distribuent, comme en 2016, 56 milliards d’euros de dividendes à leurs actionnaires, alors qu’il y a six millions de chômeurs, soit un million de plus qu’en 2012 et neuf millions de pauvres, soit un million de plus.
3. Etes-vous favorables à l’instauration de Référendums d’initiative populaire ?
Si je constate, comme vous, que la population n’a généralement pas la parole et encore moins de pouvoir de décision sur tous les sujets qui la concerne, la généralisation des référendums ne lui donnera pas ce pouvoir.
Le cas de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, où un référendum a été organisé après une longue mobilisation des opposants à ce projet, l’a récemment illustré. Le gouvernement a pu soigneusement décider du corps électoral de ce référendum, permet-tant à ses partisans de l’emporter sans que les questions pourtant légitimes soulevées par les opposants ne soient résolues.
Les référendums sont le plus souvent conçus comme des manœuvres politiciennes pour tenter de renfocer le crédit de leurs initiateurs. A l’inverse, ils sont régulièrement détournés par les électeurs pour sanctionner un gouvernement qu’ils ne supportent plus.
L’exemple du Brexit en Grande-Bretagne a récemment démontré qu’un référendum pouvait libérer toutes les vannes de la dé-magogie.
C’est bien pourquoi, les travailleurs, toute la population ne pourront changer leur sort ni en changeant de Président, ni en chan-geant la constitution, ni à travers les référendums ou les élections, mais uniquement en contestant la dictature des capitalistes sur toute la société, par leur mobilisations, par leurs luttes.
4. Etes-vous favorable au recours au tirage au sort de citoyens pour accomplir certaines tâches de contrôle ou d’intervention dans les débats publics ?
Je suis pour le contrôle de la population sur toutes les sphères de la société et cela va bien au-delà d’un tirage au sort. Il faut imposer la transparence des comptes des entreprises, lever le secret bancaire et le secret des affaires que le patronat défend bec et ongles parce qu’ils lui permettent de travestir la réalité ou de cacher aux travailleurs des décisions qui menacent leur avenir, des agissements contraires à l’intérêt des populations ou de l’environnement.
Il faut permettre aux comptables, aux secrétaires, aux magasiniers, à tous les travailleurs, de communiquer et de centraliser les informations dont ils disposent. Ils pourraient ainsi constater que les licenciements et les suppressions d’emplois sont le plus souvent le résultat d’une politique et d’un choix, celui des capitalistes de privilégier leurs profits au détriment des emplois et des salaires. Les travailleurs pourraient alors imposer que soient préservés les emplois et les salaires, en prenant sur les profits des entreprises et sur les dividendes des actionnaires. Avec les 56 milliards de dividendes versés par les 40 plus grosses entreprises en 2016 à leurs actionnaires, il aurait été possible de créer 1,5 million d’emplois payés 1 800 euros net par mois, cotisations so-ciales comprises.
En imposant une véritable transparence de tous les comptes, il serait possible de suivre la circulation de l’argent et de mettre en évidence la façon dont les fortunes d’une minorité de riches bourgeois sont alimentées par l’exploitation des travailleurs.
5. Etes-vous favorables à l’instauration d’une peine d’inéligibilité à vie pour les élus condamnés pour corruption et/ou fraude fiscale :
OUI
6. Etes-vous favorable à l’instauration pour les citoyens d’un droit de révoquer un élu en cours de mandat :
OUI
7. Etes-vous favorable à l’interdiction du cumul des mandats :
Je pense que les mandats électifs devraient être courts et ne donner lieu à aucun privilège (pas d’indemnisation supérieure à 1800 € par mois).
8. Etes-vous favorable à l’inscription dans la nouvelle Constitution de droits nouveaux pour les citoyens et à la pro-tection des biens communs ?
Contre le chômage et la précarité je suis pour l’interdiction des licenciements et la répartition du travail entre tous sans diminu-tion des salaires. Je suis pour l’augmentation des salaires, des pensions de retraite, d’invalides, des allocations pour handica-pés. Je suis pour la levée du secret bancaire, du secret des affaires et la transparence totale sur les comptes des entreprises.
9. Proposez-vous d’imposer la parité hommes-femmes dans les institutions (assemblées parlementaire, gouverne-ment…) ?
OUI
10. Considérez-vous comme illégitime tout traité transférant des éléments de souveraineté non ratifié par référen-dum ?
Voir réponse 3 et 4

Cordialement,
Nathalie Arthaud